Après plusieurs menaces et surtout après l’avoir apatée avec du chocolat la coupable est sortie du bois .

Pour faire sa connaissance j’ai décidé de lui faire tester les muffins au chocolat.

J’ai choisi la recette dans ce petit livre bien sûr : Cookies, muffins &co ,  fais l’impasse sur les noix de Pécan.

Cela sera sans photo… des gâteaux, ni de la coupable …

Pour cela il faut :

300g de farine
1 sachet de levure chimique
125g de sucre en poudre
2cuil à soupe de cacao
150g de chocolat noir coupé en petit morceaux
25cl de lait entier
2 oeufs
75g de beurre fondu

En gros : beurrez vos moules ou mettez des caissettes en papier.

Dans un grand saladier mélanger farine, cacao, levure, sucre et morceaux de chocolat. Dans un bol mélanger oeufs, lait , beurre fondu. Versez ce mélange liquide sur le mélange sec, et mélanger juste assez pour incorporer la farine.

Enfournez pour 25 min.

Laisser refroidir, démouler, et laisser à nouveau refroidrir. Je dois être honnête, j’ai démoulé tout de suite et laisser refroidir sur une grille.

J’ai presque fait tout comme c’était écrit , même les pépites au chocolat coupé au couteau bien aiguisé. Finalement cela ne prend pas trop de temps et c’est bien meilleur que les pépites que j’ai déjà pu acheter.

Ensuite j’ai trouvé une petite boite pour amener les muffins …Sans oublier de glisser un petit sachet pour mon thé. Ce n’est pas que je sois difficile (enfin je ne crois pas) mais je n’aime pas le café et mon hôtesse m’a prévenue que le thé ne faisait pas partie de sa panoplie 😉
Tel le petit chaperon rouge avec son panier, je suis partie à la recherche de la tanière de MPC et j’ai trouvé du premier coup (sans GPS).

Bon, je ne dévoilerai aucun de ses secrets.Simplement que j’ai eu la joie de rencontrer dans cette forêt un troll et un sale chat gris nous observait de son perchoir.  Nos enfants ont bien joué ensemble.

Maintenant j’espère qu’elle voudra bien sortir de son bois pour venir dans mes marécages pour d’autres tests culinaires .

Depuis mon passage elle a de nouveau écrit . Ouf ! je ne l’ai pas empoisonnée .